jeudi 31 août 2017

Poème de la semaine

on sent qu'on n'a plus l'ombre avec soi qu'elle a perdu sa rondeur d'à midi sous l'arbre   et la lumière plus loin sur l'herbe presque au vert disparu se heurte à des bris d'oiseaux qui se retournent d'un seul instant s' effacent vont paraître plus haut comme un mot nous arrive ou nous est retiré coups par à-coups et qu'on sent en plein coeur   ce qui se joue alors dans un verre d'eau entre des anges et la peau des doigts le paysage comme du sucre fond au fond les souvenirs suent et rien n'est encore... [Lire la suite]
Posté par albanegelle à 09:05 AM - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 18 août 2017

Poème de la semaine

où êtes-vous hommes de tous les jours ? où cachez-vous vos aimables figures ? vous rentrez dans le lit de vos amours et vous dormez selon votre habitude vous ignorez tout ce que la nature humaine peut avoir de différent et moi cependant comme un chien errant je traverse la nuit à la recherche de ce qu’est la vraie vie dont je me rends compte qu’elle échappe à toute recherche   et ce matin en m’éveillant je pense à ce qu’il faudrait que je fasse pour me sauver de la route où se dépense ce temps qui pousse... [Lire la suite]
Posté par albanegelle à 04:44 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 10 août 2017

Dans ma maison de Géronimo vit une femme au nom d'Oublie Elle a des mains fragiles qui laissent tomber les choses et des yeux posés sur le vide Oublie écrit chaque jour L'écriture est son enclos, son étable, son abri à l'abri du monde elle y gagne son taisement pied à pied et d'arrache Elle creuse s'étonne et se rapaille Ce qu'elle voudrait dire et jamais ne le peut naufrage dans sa bouche tocsin les mots ocsin le lointain Qui pleure là Si proche de moi-même au moment de pleurer ? Informulable solitude d'Oublie ... [Lire la suite]
Posté par albanegelle à 06:26 AM - Commentaires [1] - Permalien [#]