Le cheval

C'est vrai que je croyais en la ferveur immense de                                    vivre. Chaque pas amplifiait en moi de vieilles                                        mais toujours mouvantes adorations. Ce pouvait                                          être un arbre, la nuit, c'étaient des forêts de                                       routes, ou le ciel et sa vie tourmentée, à coup                                         sûr le soleil.
Un jour je vis la solitude. Au faîte d'un monticule,                                     un cheval, un seul, immobile, était planté dans un                                   univers arrêté. Ainsi mon amour, suspendu dans le                                     temps, ramassait en un moment sur lui-même sa mémoire                               pétrifiée. La vie et la mort se complétaient, toutes                                     portes ouvertes aux prolongements possibles. Pour une                                 fois, sans partager le sens des choses, j'ai vu. J'ai                                     isolé ma vision, l'élargissant jusqu'à l'infinie                                   pénétration de ses frontières. Je laissais à plus tard                                   le soin de voir ce qu'on allait voir. Mais qui saurait                               affirmer que les promesses ont été tenues?

Tristan Tzara

extrait de Miennes, éditions Flammarion