L'ange

 

Dans une inclination du front il rejette loin

de lui ce qui limite et contraint;

car dans son coeur passe, dressé, immense,

ce qui éternellement est à venir et virevolte

 

Les cieux profonds lui paraissent peuplés

   de figures

et chacune peut l'appeler : viens, reconnais-

A ses mains légères ne confie rien à porter

de ce qui t'accable. Sans quoi elles viendraient

   de nuit

 

chez toi pour t'éprouver, t'obligeant à lutter

   plus encore,

et traverseraient la maison comme des furies

et te saisiraient comme si elles t'avaient créé

pour t'extraire de ta forme.

 

Rainer Maria Rilke,

extrait de "Nouveaux poèmes",in Célèbre la terre pour l'ange, éditions Albin Michel