dimanche 10 août 2014

Poème de la semaine

Je crois qu'une feuille d'herbe est à la mesure du labeur des étoiles, Que ne sont pas moins parfaits la fourmi, le grain de sable, l'oeuf du roitelet, Que la reinette est un chef-d'oeuvre des plus consommés, Que la ronce des mûres serait digne de couvrir les corridors du ciel, Que le plus infime rouage de ma main est une mécanique incomparable, Que la vache qui rumine l'herbe tête humblement baissée est une statue sans rivale, Qu'une souris est miracle propre à ébranler des sextillions d'infidèles.   Sciemment je... [Lire la suite]
Posté par albanegelle à 07:15 AM - Commentaires [1] - Permalien [#]

dimanche 13 juillet 2014

Poème pour les dernières semaines du mois de juillet

Mais hier l'enfant a mangé la langue du chat puis d'un saut a tenté d'attraper en vain le merle aux ailes rouges depuis ils babillent miaulent installés au fond du jardin près des cerisiers pour une discussion joyeuse & sans fin   Claude Chambard extrait de Cet être devant soi, éditions Aencrages & Co
Posté par albanegelle à 10:12 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 6 juillet 2014

Poème de la semaine

Dans ma poitrine verte il pousse des routes   J'ouvre la porte qui me traverse une caravane y entre tout un champ d'herbes se dénoue   Au sens respiratoire : une symétrie profonde.   On touche une cloche, ça sonne un petit oeuf fraichement pondu   Un panier rempli d'eau se pose devant un arbre à demi-nu   Parce qu'on est né au même endroit, on danse   Un racine qui ne s'en va pas diminue la distance entre les branches et moi   Dorothée Volut poème publié dans la revue Va, n°3,... [Lire la suite]
Posté par albanegelle à 09:03 AM - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 24 juin 2014

Poème de la semaine

Bien sûr qu'on ne doit pas rêver quand il ne faut pas C'est pourtant quand il ne faut pas que l'on rêve et que battent à tous les vents les portes qui vont en dérive et que sans réfléchir on prend parce parce que Oui je jure que ma vie est allée par là sans que rien ne m'y force Alors vie et mort me sont entrelacs piège à double face J'ignore les soucis des jours et des nuits dont s'embarrassent mes confrères en Arts et Lettres Je poursuis toute autre chose pour ce faire.   Georges Perros, extrait de Une vie... [Lire la suite]
Posté par albanegelle à 11:57 AM - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 13 juin 2014

Poème de la semaine

la chaise à bascule ne donne qu'une faible idée du mouvement des planètes   Yves Barré extrait de Etat de Chaises, ficelle n°118, éditions Vincent Rougier
Posté par albanegelle à 03:00 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 4 juin 2014

Poème de la semaine

Ma renarde, pose ta tête sur mes genoux. Je ne suis pas heureux et pourtant tu suffis. Bougeoir ou météore, il n'est plus de coeur gros ni d'avenir sur terre. Les marches du crépuscule révèlent ton murmure, gîte de menthe et de romarin, confidence échangée entre les rousseurs de l'automne et ta robe légère. Tu es l'âme de la montagne aux flancs profonds, aux roches tues derrière des lèvres d'argile. Que les ailes de ton nez frémissent. Que ta main ferme le sentier et rapproche le rideau des arbres, ma renarde, en présence... [Lire la suite]
Posté par albanegelle à 09:54 PM - Commentaires [2] - Permalien [#]

vendredi 23 mai 2014

Poème de la semaine

Dis, qu'as-tu compris ?   Je sens, je ressens Je vis en communion   Avec tout visage Et du nuage au brin d'herbe,   Si je ne comprends pas Je me donne   A tout ce que perçois Ou que je devine   Eugène Guillevic
Posté par albanegelle à 10:28 AM - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 16 mai 2014

Poème de la semaine

           Nous aurons faim et soif. Nous aurons un sommeil fragile et des mains de cristal. Mais nous survivrons dans les draps inquiets du poème.          Le désir est l'aliment de nos mains. Jean-Pierre Siméon, extrait de Poèmes du corps traversé, éditions Cheyne.
Posté par albanegelle à 04:24 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 8 mai 2014

Poème de la semaine

                      Joint   Mon père, et ton père, et les pères de nos pères les cheveux blancs de l'attente dans la queue pour les pâtes dans la cuisine grasse du Paradis, mon père parfois dans un corps de poisson et ton père moineau sur la branche d'un érable... Tous les pères se vêtent de nos cadeaux de prières terrestres et vantent les uns aux autres leurs fils dispersés.   Nos pères se rencontrent souvent... [Lire la suite]
Posté par albanegelle à 10:12 AM - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 28 avril 2014

Poème de la semaine

  Tu t'efforceras d'être      (à Mica) Le matin chaque matin tu t'efforceras d'être cet enfant qui enfonce sa main au fond de la gueule d'un chien   Thomas Vinau, extrait de Juste après la pluie, Alma éditeur
Posté par albanegelle à 01:36 PM - Commentaires [2] - Permalien [#]