jeudi 10 avril 2014

Poème de la semaine

Debout sur la terre   mon arbre sur l'épaule jambes lasses et parfois trébuchant et le front dardé vers le croissant radieux   tu parles qu'il serait bien là-haut planté en pleine terre de lune pure et légère   mais allons cherchons encore ici-bas   Antoine Choplin, extrait de Debout sur la terre, éditions La Passe du Vent
Posté par albanegelle à 04:14 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 3 avril 2014

Poème de la semaine

nous reprenons pieds nous nous essuyons les pieds sur le paillasson des marécages, puis gagnant la plage, séchons au soleil, en nous disant que nous aimerions qu'un oiseau se pose sur notre épaule, héron solitaire ou pic-vert mirobolant si le perroquet répétant et radotant venait, nous le chasserions d'une pichenette, zou ainsi assis sur le sable, recommençons-nous à construire des châteaux en Espagne, tout en reprenant le taureau par les cornes sans être vraiment légers Rémi Checcchetto, extrait de Jours encore après, éditions... [Lire la suite]
Posté par albanegelle à 11:28 AM - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 25 mars 2014

Poème de la semaine

Chaque texte, chaque mot change selon les heures et les angles du jour et de la nuit, selon la transparence des yeux qui les lisent ou le niveau des marées de la mort.   Ton nom n'est pas le même, ma parole n'est pas la même avant et après la rencontre avant et après avoir repensé que demain nous ne serons plus.   Toute chose est différente regardée de jour ou de nuit, mais ils deviennent plus différents encore les mots qu'écrivent les hommes et les mots que n'écrivent pas les dieux.   Et il n'y a... [Lire la suite]
Posté par albanegelle à 02:34 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 11 mars 2014

Poème de la semaine

Eclairs brefs.Frondes d'oiseaux lancés butant là-haut comme des pierres. Blancheur dans le fond qui s'ébranle. ça grogne et puis d'un coup ça dégringole : soleil qui se repaît. Qui jette un peu partout sa patte. Venue d'où la grande roue de la chaleur ? Cette force doublée lancée sur nous. Partout visible. Georges Guillain extrait de L'hiver est une main précise, éditions écrit(s) du nord
Posté par albanegelle à 07:36 AM - Commentaires [1] - Permalien [#]
vendredi 28 février 2014

Poème de la semaine

Dehors la pluie recoud à grand-peine les roses.                     Tout est toujours en ordre en la terre compacte. Et nous restons, à perte de vue, à perte de nom, en suspension. A cause des coups. A cause de tout ce qui nous bat le coeur dans le temps disjoint.              Ce n'est pas le rapport au temps qui importe, c'est son port.        Comment portez-vous le temps qui vous porte... [Lire la suite]
Posté par albanegelle à 03:58 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 19 février 2014

Poème de la semaine

D'ici, à toi           (ça dort, chut.) Il est retrouvé ! Quoi ? Le petit couteau.Alors oui, je grave ton nom, partout oui, et je taille chriiic ! d'un trait, j'allumerais bien du feu mais comment, d'une lame ? - dans la poche où il était. C'est dire combien je rêve en travaillant, mains dehors à la tempête, pieds écrabouillant limaces et autres petites existences dans notre style, à ras-de-terre, je ne rêve pas j'espère         Ce billet plus mouette que... [Lire la suite]
Posté par albanegelle à 07:38 AM - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 7 février 2014

Poème de la semaine

FANAFOUDER   Cela commence par un envoûtement il se passe tant de choses dans un train   je regarde les nuages une série de voyageurs sans billet sans parler mais bien visibles dans leurs anoraks de couleurs vives pour un froid inconnu au nord   plusieurs fois ils s'asseoient séparément une famille aussi des enfants dans les bras, dans le train ils font la manche en riant contents du voyage qui n'aboutira pas où ils croyaient   les contrôleurs passent en silence quand il est impossible de sauter... [Lire la suite]
Posté par albanegelle à 07:06 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 27 janvier 2014

Poème de la semaine

Loc Méven Je réapprends à écrire. Je fatigue vite. Ecrire, bâtir un lieu. Mot par mot. Avant tout : gagner un instant entre l'humus et la lumière. Je me dis maintenant : "les jours sont comptés". Tu es revenue de la lande avec de longues digitales cueillies sur les talus. J'écoute tes pas dans la cuisine. Tout s'écoule.             Tout s'ouvre. Erwann Rougé, extrait de Passerelle - Carnet de mer, éditions L'Amourier.  
Posté par albanegelle à 09:45 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 21 janvier 2014

Poème de la semaine

  Corps convenus au temps nous allons sans réserve     Debout Tout est à lire Nous sommes dos au mur     La peau contre la pierre que sentons-nous donc battre du sang ou du silence     l'espace est si mince entre l'os et le mot   Jeanne Benameur extrait de Notre nom est une île, éditions Bruno Doucey
Posté par albanegelle à 10:05 AM - Commentaires [2] - Permalien [#]
lundi 13 janvier 2014

Poème de la semaine

     et finalement nous y sommes le blanc cru de la toile est là qui      fait respirer entre les blocs d'encre entre les cordes tendues      nous respirons il y a tout de même cette possibilité il y a cette      clarté je l'ai toujours sentie cette respiration des mains et des bras      cet au-delà je l'ai toujours senti monter en moi et dans le monde        tu peux et nous pouvons nous le sentons... [Lire la suite]
Posté par albanegelle à 11:54 AM - Commentaires [1] - Permalien [#]