mercredi 26 juin 2013

Poème de la semaine

Mot-Macumba   le mot est père des saints le mot est mère des saints avec le mot couresse on peut traverser un fleuve peuplé de caïmans il m'arrive de dessiner un mot sur le sol avec un mot frais on peut traverser le désert d'une journée il y a des mots bâton-de-nage pour écarter les squales il y a des mots iguanes il y a des mots subtils ce sont des mots phasmes il y a des mots d'ombre avec des réveils en colère d'étincelles il y a des mots Shango il m'arrive de nager de ruse sur le dos d'un mot dauphin   ... [Lire la suite]
Posté par albanegelle à 09:07 AM - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 19 juin 2013

Poème de la semaine

Les livres me fatiguent. J'aime mieux les troupeaux. Je couche avec des Indiennes gloutonnes mais je préfère les chevaux. Jeunes gens, ne prenez pas ce conseil à la légère : remplissez votre sac à dos d'avoine et tirez-vous : loin - loin - loin - très loin, il en va de votre présence active au monde. Pas moins. J'ai longuement étudié l'atlas laissé par mon père. J'ai retrouvé des cartes, des plans, des horaires de chameliers. Père ! Vous n'êtes jamais parti. Votre fils vous salue et les mendiants, les boiteux, les épilectiques édentés... [Lire la suite]
Posté par albanegelle à 10:13 AM - Commentaires [2] - Permalien [#]
mardi 11 juin 2013

Poème de la semaine

         ME RENDS PAS (JE NE) Non je ne viendrai pas quelque chose me     chavire Ailleurs ailleurs ailleurs Quelque chose m'embarque et mon âme est     têtue Comme ta soeur.   Valérie Rouzeau extrait de Mange-Matin, éd. L'idée bleue, collection Le farfadet bleu,                 avec des illustrations de Valérie Linder
Posté par albanegelle à 07:01 PM - Commentaires [3] - Permalien [#]
mercredi 5 juin 2013

Poème de la semaine

Nous userons le temps avec l'éternité . Nous sommes affamés   d'un matin enfin juste  . Nos mains cherchent les portes . Nos pas cherchent la pente et les frères . Et s'aggrave en nous le goût des demeures  . Et nous sommes déjà   comme un peuple de princes sourds   un buisson d'oiseaux blancs . Un rite de paix gourd pour les jours et la mort . Avant que le grand cor de nuit   n'ait six fois fait frémir les paroles   , tant qu'encore nous descendons   par les... [Lire la suite]
Posté par albanegelle à 10:51 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]