ne bousculez pas la table aux poèmes

les vers tomberaient par terre

briser du vers cent ans de malheur

et qui lirait les vers cassés ?

 

qui comprendrait que le poète

qui trouve ses vers piétinés

sanglote se suicide

au moyen des éclats de vers

 

aussi tranchant qu’un cimeterre

on portera la rime en terre

après les éloges funèbres

on boira on boira des vers

 

jusqu’à tomber tête à l’envers

on dira : ce drôle de zèbre

il se prenait pour un poète

il n’a pas laissé un seul vers

 

achevé sur sa table à poèmes

 

Jean-Claude Pirotte,

extrait de Ajoie, éditions La Table Ronde