Chaque image est un débris de temps.

Elle ne garde que ce qui ne passe plus,

une forme de sel au fond du regard

qui ne sait que nommer – arrosoir,

buisson, montagne, nuages.

Pour le reste, on ne voit rien mais tout est là

 

Jacques Ancet,

extrait de Comme si de rien, éditions L’Amourier, 2012